Homelie du 31 mai 2019

TEXTES:
1 ère Lecture : Sophonie 3, 14 – 18
Graduel : Cantique Isaïe 12, 2 – 6
Evangile : Luc 1, 39 – 56

HOMÉLIE:
Ce mois de mai, mois de la Vierge Marie, s’achève ce jour par une fête de Marie : la Visitation. En effet, l’évangile nous relate la visite de Marie à sa cousine Elisabeth.

De cette belle rencontre, nous pouvons tirer une conclusion : célébrer la grandeur d’une personne, c’est d’abord célébrer la miséricorde et la bonté de Dieu. C’est Dieu, et lui seul, qui élève les humbles et les petits, qui donne la victoire aux faibles, qui nourrit les affamés, qui se souvient de ceux qui se croyaient oubliés.

En effet, Elisabeth est subjuguée, émerveillée par ce qui arrive à sa cousine. Elle n’a de cesse de chanter ses louanges et même ses mérites. Dans sa bouche, revient sans cesse le nom de Marie : « Tu es bénie (…) tes paroles de salutation (…) Heureuse celle qui a cru… » Un peu comme il nous arrive souvent de prendre pour modèle telle ou telle personne qui a réussi dans la vie, qui a de la chance, de proclamer ses mérites avec admiration et parfois une certaine envie.

Encore faut-il encore que nous soyons capables, comme Elisabeth, d’éviter de verser dans la jalousie et même parfois un certain sabotage. Elisabeth nous montre qu’on éclaire notre vie en nous laissant éclairer par la lumière qui vient de celle de mon prochain, alors qu’en essayant de l’éteindre, nous assombrissons notre propre vie.

Alors qu’Elisabeth n’avait que le nom de Marie dans la bouche, Marie de son côté n’aura que le nom de Dieu dans la sienne : « Mon âme exalte le Seigneur (…) Il s’est penché (…) Le Seigneur fit pour moi des merveilles (…) Son amour s’étend (…) Déployant la force de son bras (…) Il relève les humbles. Il comble de bien les affamés (…) Il relève Israël (…) Il se souvient de son amour… » Pour elle, il n’y en avait que pour Dieu et pour lui tout seul, surtout pas pour cette pauvre créature qu’elle était.

Par sa réaction pleine d’humilité, Marie nous apprend que derrière la réussite, la grandeur d’une personne, se cache toujours la main, la miséricorde, la bonté de Dieu. La réussite dans ma vie, c’est la bonté de Dieu qui a choisi de se cacher.

Un enseignement important pour notre société aujourd’hui qui a tendance à voir, derrière chaque « réussite », surtout si elle est précoce comme cela fut le cas de Marie, la main, nom pas de Dieu, mais du diable, et notre fidélité, non pas aux commandements de Dieu, mais à certains pactes signés avec le malin. Notre rencontre avec celui qui réussit dans la vie devrait donc être pour moi l’occasion, non pas de m’inquiéter de l’action du mal dans le monde, mais de me réjouir de la présence agissante et efficace de Dieu, de sa visite dans la vie des petits et des humbles.

Au lieu d’être découragés, de se sentir écrasés par la réussite parfois insolente de telle ou telle personne, le Seigneur vous invite à y voir un signe annonciateur de notre propre réussite et à nous en réjouir.

🌺 Père Étienne NEMI, CSSp 🌺

Advertisements

say something

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s